La cabane

Publié le par Amy Madison

 

 

La maman de Timothée s'est absentée et lui a bien défendu de s’éloigner de la maison. Mais Timothée s'aventure dans la forêt.

"Maman est partie!...
Oui elle est montée dans l'auto , elle fait du bruit bien trop de bruit cette voiture, et le chat a peur , et les oiseaux s'envolent .
J'aime bien les chats mais ils tuent les oiseaux , et j'aime bien les oiseaux , ils sont petits les oiseaux , mais la voiture de maman les a fait fuir tout la haut dans les arbres, ils sont cachés dans les arbres.

Il faut que je les retrouve pour leur donner le pain , ils doivent manger le pain , je vais sortir pas loin, non pas trop loin, maman elle a dit :

— Tu ne sors pas , tu irai te perdre.

Mais je dois chercher les oiseaux qui se sont enfuis, il fait chaud et le soleil brule un peu les yeux , les branches des arbres sont hautes , elles montent jusqu'au ciel . Il y a des nuages dans le ciel je les regarde, ils sont tout blancs, jolis comme des moutons, mais pas plus beaux que les oiseaux.

J'avance on dirait que les arbres me font signe , ils semblent m'appeler, mais je ne peux pas aller trop loin pour pas perdre la maison.

Je vois une cabane , elle est trop petite pour que quelqu'un y habite, maman ne m'en a jamais parler, peut être qu'il y a un nain qui vit dans cette maisonnette. Je m’arrête, il fait sombre , le soleil a disparu comme ça d'un seul coup, les nuages sont en colère ils ont changé de couleur , ils sont gris à présent. J'ai peur, je ne vois plus la maison.

— Maman !... Maman où es tu?...

Méchants arbres!... méchants!... C'est votre faute , je ne verrai plus jamais maman, je vais devoir habiter chez le nain , et je ne le connais pas le nain , c'est peut être lui qui a mis les nuages en colère, qui a chassé le soleil, c'est un méchant le nain de la cabane, je dois pas y aller, je veux revoir le chat et les oiseaux, ils vont mourir de faim sans mon pain.

— Maman ! Je suis perdu , viens me chercher , je suis ici .

Et le garçon se met à hurler.

— Maman!...Maman!...

Soudain un bruit de moteur, c'est la mère qui revient. Ne trouvant pas son fiston , elle l'appelle:

— Timothée... Timmy où es tu?...

— Maman!... je viens maman... Je viens . Et le garçon se dirige droit devant lui, s'accrochant aux ronces qui égratignent ses mollets au passage, vers la voix salvatrice qui l'appelle.

Il la rejoint enfin.

— Mais où étais tu ? Je t'avais pourtant défendu de sortir.

Et Timothée gêné la tête baissée et se balançant d'un pied sur l'autre :

— C'est pas ma faute, c'est le méchant nain qui a fait disparaitre le soleil, et les nuages se sont fâchés.

— Allez viens mon chéri, rentrons il va pleuvoir.

— Mais maman, et les oiseaux... Je dois trouver les oiseaux.

— Tu les trouvera demain.

— Non ,non je dois leur donner mon pain. Ne me touche pas" lui dit-il en criant". Tu n'aimes pas les oiseaux, tu es une méchante comme le chat , comme le soleil qui est parti, comme les nuages qui sont devenu tout sombre de fureur, comme le nain de la cabane.

— La cabane ?!.. Mais les oiseaux sont dans la cabane mon chéri , et le nain leur a donné a manger , tu leur donnera du pain demain, c'est d'accord?

— D'accord maman, je donnerai le pain demain, j'aime bien les oiseaux.

—Je sais mon chéri.

Publié dans contes pour enfants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article