Une affaire à suivre

Publié le par Amy Madison

- Bon Dieu Chloé ! Mais qu'est-ce que tu viens de trouver ! ... Alors là, tel que ça se présente, nous ne serons sûrement pas à Bordeaux ce soir !...

 

Je n’avais pourtant pas envie de m’attarder, après tout je pouvais très bien continuer ma route et, une fois arrivé à Bordeaux, adresser un coup de téléphone à la police.
Arlette était inquiète, c'est qu'elle l'adorait sa petite Chloé. Je l’entendais m’appeler :
—Adrien, bon-sang, as-tu retrouvé Chloé ? Adrien !
Je devais lui répondre, l’empêché d’assister au spectacle de ce cadavre dissimulé sous les fougères. Ce n’était pas le corps d’une femme comme aurait pu le laisser supposer les nombreux thrillers que je dévorais, c’était un homme dans la force de l’âge, ou plutôt ce qu’il en restait, car de nombreux asticots faisaient déjà leur office depuis pas mal de temps. Mais Bon Dieu qu’est-ce que ça puait! J’utilisais mon mouchoir pour filtrer l’odeur nauséabonde qui s’infiltrait dans mes narines.
Ça carburait grave dans mon cerveau, et avec mon âme de détective amateur, et mes supputations à la "Sherlock Holmes" je l’observais sous toutes les coutures sans m’approcher de trop près; ce serait le bouquet si par ma négligence je laissais sur cette scène de crime un indice qui aurait pu m’incriminer, il y avait bien eu meurtre, c’était indéniable, de nombreux trous dans la poitrine de la victime confirmaient cette hypothèse. Je devais prendre une décision. Être coincés ici au milieu de nulle part, interrogés sans relâche par des gendarmes qui eux avaient bien le temps ne m’enchantait guère. Ils ne sont jamais pressés ces pandores !
—Voilà, voilà, j’arrive !
Bon, Chloé que faisait-elle encore ? Mais elle jouait ma parole, et qu’est-ce qu’elle avait dans la gueule ?
—Chloé, Chloé... Ici Chloé, aux pieds!
Mais comme à son habitude elle ne m’écoutait pas, je réussis pourtant à l’attraper par le collet. Elle mâchouillait quelque chose. Ignorant ses grognements réprobateurs, je m’emparais de ce qui semblait être une boîte en plastique blanche complètement déformée par ses mâchoires. Elle était recouverte de bave, je l’emballais prestement dans mon mouchoir et je fourrai le tout dans la poche de mon pantalon.
La chienne sous le bras je rejoignis Arlette qui ne tenant pas en place avait déjà résolu de me rejoindre, par chance j’avais presque atteint la voiture et elle ne se douta pas un seul instant de la présence de ce macchabée en décomposition dissimulé sous les frondaisons à cent mètres de là.
Soulagée de retrouver sa chère Chloé, Arlette me lança un regard curieux. J'étais tout retourné par cette macabre découverte et cela devait se lire sur mon visage comme dans un livre ouvert.
—Que t’arrive-t-il mon chéri? Tu as l’air bizarre tout à coup ? Je lui souris et ajoutai :
—Allez, on repart ! et cette fois, je roulerai un peu moins vite.
Mais je n’arrêtais pas de penser à cette boîte qui attendait patiemment au fond de ma poche que pouvait-elle contenir ?

.....

Auteur: Amy Madison

 

Publié dans Prose

Commenter cet article