Le départ

Publié le par Amy Madison

Enfermée dans une bulle, je ne distingue qu'une feuille, immense, à l'extérieur de ma prison.
Le monde à ma vue s'est éteint, même Le ciel à disparu, remplacé par de sombres dorures qui me narguent de leurs lueurs glacées.
Mais je vis encore, j'existe, minuscule et oublié du monde, mais pour combien de temps.
Je ne vois plus ni mes mains, ni mes bras, ni mes pieds , ni mes jambes, ni d’ailleurs aucune partie de mon anatomie.
Je suis sans être, une pensée solitaire .
A présent je m'élève, emprisonné dans cette bulle qui m'emporte vers le paradis.

(Amy Madison)

Publié dans Prose

Commenter cet article