L'épouse

Publié le par Amy Madison

Trois hommes à la maison
Et une femme veille
Ses doux yeux grands ouverts
Où est la liberté?

A cet amour tranquille
Il manque le piment
D'un destin enivrant

De ces murs prisonnière
Elle punit le charmant
Qui l'aime tant peut-être
Mais sans amour ardent

Encore une querelle
Elle s'enfuit à présent
Si elle brule ses ailes
Au moins c'est en vivant

Laissant là son tyran
Et ses pauvres enfants
Elle s'en va inhumaine
S'offrir du bon temps

D'un destin dérisoire
Elle espère à présent
Des jours jamais les même
Pour un cœur de vingt ans

(Amy Madison)

Publié dans Poésie

Commenter cet article