Le rien (En version prose et poésie)

Publié le par Amy Madison

LE RIEN (PROSE)

L’esprit est ailleurs, les mains vides. Le Rien est maître, emporte les pensées oubliées, perdues à tout jamais.

Marcher, courir, crier ne sert à rien. Seul n’existe encore que le silence, le noir, absence de couleur, de lumière.

Les enveloppes charnelles, tout ce qui forme le monde où nous vivons s’ évaporent, plus aucune consistance de la matière qui disparait à jamais dans les méandres des souvenirs qui ne sont même plus des souvenirs , qui ne sont plus que des petits riens engloutis par le néant.

Seul ce Rien envahit l’univers entier qui se dissout inexorablement, s’efface dans le vide. Un vide où le Rien domine où même les âmes ont disparu.

Et quand le Rien aura pris possession du vide, du néant lui-même, seul le Rien restera, un Rien éternel, un Rien immuable.

   (Auteure : Amy Madison)

LE RIEN

L’esprit est ailleurs
Les mains sont vides.
Le Rien est maître
Emporte les pensées oubliées
Perdues à tout jamais
Marcher, courir, crier est inutile
Seul demeure le silence, le noir
Absence de couleur et de lumière
Tout ce qui forme le monde s’évapore
Les enveloppes charnelles
Et la matière se désagrègent
Disparaissent à jamais
Dans les méandres des souvenirs
Petits riens engloutis par le néant.
Seul ce Rien envahit tout
L’univers entier se dissout ,
S’efface dans le vide.
Un vide où le Rien domine
Même les âmes ont disparu.
Et quand le Rien aura englouti le néant
Seul, le Rien restera
Un Rien éternel
Un Rien immuable.

        (Amy Madison)

Publié dans Prose, Poésie

Commenter cet article