La jungle

Publié le par Amy Madison

 

Dans la lente progression d’une jungle vivante
Enveloppé des senteurs accueillantes des arbres souverains
J’avance à grand peine.
Sur le balancement rythmé d’une flore triomphante,
Frôlé par la sombre lumière d’un soleil éphémère,
Un silence feutré de bruissements fugaces m’emporte.

Dans un profond obscur, humide de fange végétale
Où de profondes empreintes apprivoisent la terre, innocente pucelle.
Ma monture s’enlise.
Je transperce le voile d’un silence brulant
Des mots jaillissent de mes lèvres indiscrètes
Se mêlent aux murmures des battements d’ailes,
Volatiles présences bravant l’apesanteur.

Publié dans Poésie

Commenter cet article