La foi perdue

Publié le par Amy Madison

 

 

Jeune homme sans passé et fleur à peine éclose
Se sont unis ce jour souriant au destin
A chaque fois, question souvent je me repose
Sera-ce éternité ou vie sans lendemain
Que préfère la femme dans sa lucidité
Un amour captivant qui en devient enfer
Ou la fraternité d’un homme simplifié
Dans son choix, elle doit boire la coupe et puis se taire
Utopies et espoirs de notre esprit malade
La recherche sans cesse notre unique moitié
Quand tu croises ces gens aux visages maussades
Comment pourrais-tu croire que tu vas la trouver
En toi je ne crois plus, tu ne peux exister
Tu dois être parfait, Dieu sait que nul ne l’est
Amour, décoration de nos jeunes années
Je te chasse bien loin, et ferme les volets.

Publié dans Poésie

Commenter cet article