Hommes serpents

Publié le par Amy Madison

 

 

Si pour bien apparaître
Parfois je me vêts bien
Sciemment j’enlaidis ce corps de vieille mère
Le gavant satiété, ne le privant de rien

Que des hommes mal fait
Aucun d’eux ne m’inspire
Nulle prose, nul sonnet
Et ils me font bien rire

Car de leurs yeux lubriques
N’en ai cure à présent
Repoussant l’érotique
J’ignore ces serpents

Qui crachent sans se lasser
Leur fiel sempiternel
La morve dans leurs pensées
Dressés dès leur éveil

L’amour, me direz-vous
Ironie du destin
Seul dans des rêves flous
Là-bas il m’a rejoint

Mais jamais nul visage
Et bien trop irréel
Rêverie d’un autre âge
Et présent si cruel.

Publié dans Poésie

Commenter cet article