Réincarnation

Publié le par Amy Madison

 

Je saute, c’est un cauchemar ! Moi, pauvre femme de soixante ans, je vais m’écraser sur le béton, me casser une jambe ou pire encore.

Miracle ! Je me retrouve saine et sauve sur mes quatre pattes.

Quatre pattes ?! Depuis quand ai-je quatre pattes ?

Ouf ! Je me réveille, tout cela n’était qu’un mauvais rêve.

Bon, je dois sortir de mon lit douillet et donner à manger à mes cinq chats. J’entends Arthur, le mâle, miauler derrière la vitre. Il me regarde fixement. Et une voix résonne dans mon crâne.

— Dépêche-toi, miaou !

Et sa sœur qui s’y met elle aussi :

— On a faim, grouille toi !

Ce n’est pas possible, mon imagination me joue des tours, je veux leur répondre mais un son bizarre sort de ma bouche, je n’arrive plus à parler, je miaule. Je viens de comprendre avec horreur, que je me suis transformée en chat.

Me concentrant avec énergie, Je leur réponds de la seule manière possible, j’avais lu quelque part que les chats utilisaient la télépathie pour communiquer entre eux.

— Oui attendez, j’arrive !

Mais, voulant glisser hors de ma couche, je roule vers le sol où après un génial rétablissement je me retrouve sur mes pattes, je regarde autour de moi, le lit, la table de nuit sont immenses. J’examine mes mains, je ne vois plus que des bouts de pattes grises garnies de coussinets foncés.

J’ai faim et je meurs de soif. Je dois sortir de cette chambre, j’entends toujours les cris des autres coincés dans la véranda pour la nuit.

Je me dirige vers la porte, comment faire ?

En pensée, je revois kali la plus jeune de mes chattes s’escrimer avec succès pour ouvrir la porte, si elle y arrive je peux le faire moi-aussi. Je m’étends en appui sur mes pattes arrière et je pose ma patte droite antérieure sur la clenche en appuyant de toutes mes forces.

—Raté ! Bon je recommence, cette fois j’y arrive et la porte s’entrouvre.

Je m’engouffre dans la cuisine et file directement vers les écuelles où je me désaltère tout mon saoul.

Kali a réussi à pénétrer dans la pièce, elle est suivie par le mâle et les trois autres femelles.

Pas de problème avec Arthur, il ne bronche pas, mais par contre Dynah m’a aperçu, moi une étrangère, les poils hérissés elle parait deux fois plus grande. Menaçante, elle feule et souffle sur moi.

Je la fixe dans les yeux, pour lui faire comprendre qui je suis en réalité :

— Dinah, c’est moi, ta maitresse.

Elle s’approche prudemment, et j’ai droit à un coup de griffe de sa part, elle ne changera jamais.

Les trois autres m’entourent. Elles me reconnaissent, mais elles sont nerveuses, elles cherchent la nourriture que je leur prépare chaque matin. Dépitées, elles vont se contenter des croquettes. Nouvelle venue, je les laisse se servir avant moi. Je n’ai pas vraiment envie de me faire rabrouer.

Je peux enfin manger quelques croquettes, ce n’est pas si mauvais après tout.

Le tonnerre approche, un bruit infernal, c’est mon fils qui dégringole les marches de l’escalier avec sa légèreté habituelle.

Je me cache dans un coin, que va-t-il faire ?

Arthur miaule à son intention devant la porte, il exige de sortir. Compréhensif, mon gamin va ouvrir au mâle et laisse la porte entrouverte.

C’est la débandade, les femelles se ruent vers l’extérieur.

Je patiente quelques instants puis rapide comme l’éclair, je file entre ses jambes et suis la troupe qui s’enfonce dans le jardin.

J’entends la voix grave de mon fils qui me cherche :

— Maman ! Maman, où es-tu ? Maman ?

—Cesse donc de crier! J’arrive.

Et je sors de mon lit en maugréant .

 

                                     Auteur: Amy Madison

Publié dans Nouvelle

Commenter cet article