Le lutin et l'arbre noir

Publié le par Amy Madison

 

 

Je vais vous raconter l’histoire d’Égide le petit lutin.

Les lutins sont de petits êtres magiques, qui vivent dans de profondes cavernes cachées au centre de la terre. Ils peuvent vivre très longtemps.

Mère Nature, qui leur a donné la vie, a plongé Égide et ses frères dans un profond sommeil. Mais il est temps à présent qu’ils se réveillent enfin.
Égide ouvre les yeux, il entend la voix de mère Nature :

— Égide, secoues toi! tu dois à présent remonter à la surface et te rendre auprès de l’arbre noir.

Égide se lève. Il prend le bâton qui lui sert de canne, le pommeau s’illumine et le guide dans les ténèbres.

Pendant de longues minutes, Égide gravit le passage entre les rochers, au loin il aperçoit la lumière du jour.

Quand il sort de la grotte, il est ébloui par la beauté du paysage, des arbres verdoyants se dressent jusqu’au ciel et un tapis d’herbes parsemé de jolies fleurs multicolores s’étale devant lui.

Mais Égide a une mission.
Et obéissant à mère Nature, il se dirige vers l’arbre noir appelé aussi "l’arbre des possibles".
Quand il arrive auprès de celui-ci, il remarque un homme qui discute avec l’arbre en faisant de grands gestes.

C’est la première fois qu’Égide sort en pleine journée et il n’a jamais vu d’humain d’aussi près. Il est un peu étonné car généralement les humains ne parlent pas aux arbres.

Pourtant Égide se trompe, et ce n’est pas un homme qui se trouve devant lui, mais bien un robot.

Peper le robot aperçoit une forme pas très haute, trapue, portant sur la tête un bonnet pointu, qui s’approche.
— C'est Égide le nuton. Lui souffle l'arbre qui les abrite.

— L'arbre me dit que tu es un nuton. Mais qu’est-ce qu’un nuton? et d’où viens-tu ? Lui demande Peper.

— Tu ne connais donc pas les Lutins. Je suis un fils de la terre. Mais tu me sembles bien étrange pour un humain, et vous ne parliez pas aux arbres auparavant.

Peper lui dit:
— Je ne suis pas un humain, mais un robot, et cet arbre est mon ami.

— Un robot ! N’est-ce pas un jouet fabriqué par les humains ? ajoute le lutin en souriant.

— Je ne suis pas un jouet, et les humains ont disparu depuis très longtemps.
Que viens-tu faire ici, et d’où viens-tu ? insiste Peper.

— Je te le répète. Je suis un lutin, mère Nature nous a créés de ses mains tout comme elle l’a fait pour les arbres, les plantes et tout ce qui vit et respire autour de toi. Nous vivons dans les profondeurs, mais elle nous a plongés dans un profond sommeil, et nous venons de nous réveiller. Je suis ici, car je dois accomplir une mission.
Mais dis-moi donc, pourquoi les humains ont-ils disparu de la surface du globe ?

Peper lui répond:
— Je suis un robot de la première génération. Je connaissais les humains. Mais la fin du monde les a fait disparaitre. Et seuls les robots peuplent à présent la terre.
J’ai le souvenir d’un hiver sombre et froid qui dura des siècles.
L’obscurité empêchait les plantes de pousser et la végétation de la planète tout entière mourait.

Seul cet arbre particulier qui pouvait parler a curieusement résisté pendant toutes ces années.
Peu à peu, le ciel s’éclaircit. Et un jour, le soleil brilla de nouveau.
L’hiver prit fin et les plantes, les fleurs et la forêt repoussèrent. Mais seul cet arbre avait le don de la parole.

— La race humaine est donc éteinte! S’exclame le Lutin. Mais tu te trompes, les arbres ont toujours parlé et les hommes étaient incapables de les écouter. Tu peux entendre celui-ci, car il est « l’arbre des possibles ».

— L’arbre des possibles ? répète le robot d’un air étonné.

Et le Lutin lui explique :
— Il y a bien longtemps de cela, l’arbre se trouvait dans un merveilleux jardin, il était recouvert d’un feuillage aux feuilles éclatantes de lumière et ses fruits, de belles pommes rouges, étaient accrochés à ses branches.
Mais la femme que Dieu avait créée pour devenir la compagne du premier homme. Croqua l’une de ces pommes. Elle savait pourtant que cela était interdit, aussi Dieu se fâcha et il les chassa du jardin.
Ensuite, tout le feuillage et les fruits tombèrent de l’arbre, son écorce et ses branches étaient devenues noires, seule une feuille resta accrochée à son sommet.

— C’est une bien triste histoire, dit le robot, mais quelle est donc la raison de ta présence ici ?

— Je l’ignore, c’est ma mère, la terre, qui m’a envoyé en ce lieu.

Et l’arbre noir prit alors la parole :
— Égide, je parle au nom de mère Nature, jette ton bâton, lui ordonne-t-il.
Égide lâche le bâton. En touchant le sol, il se transforme en un long serpent qui s’étire et ondule vers "l’arbre des possibles". Il s’enroule autour du tronc et monte de plus en plus haut.

Égide et Peper observent ce morceau de bois dur qui s'anime. Ils le voient atteindre les hautes branches qui plient sous son poids, et la feuille accrochée en haut de l’arbre se détache, elle plane doucement dans les airs et avant d’atterrir, elle touche l’épaule du robot.

Peper titube, Égide voit alors la carapace du robot se fissurer et, brisé comme une coquille de noix, il s’écroule au pied de l’arbre.

Mais d’Égide fixe cette feuille unique. Elle grandit et devient immense.
Il aperçoit alors une forme humanoïde se développer sous le limbe coloré.

L’arbre ajoute:
— Égide, tu sais à présent ce qu’il te reste à faire.
Le serpent a disparu et la canne du lutin, est retombée de l’arbre.

Égide ramasse alors son bâton qui brille intensément, il touche le robot qui se transforme en une ravissante jeune fille aux longs cheveux noirs.

Quelques minutes plus tard, tandis qu’un couple d’une nouvelle espèce humaine pénètre dans la forêt, l’arbre noir s’enflamme.

Il brûlera pendant deux jours entiers jusqu’au moment où il ne restera plus sur la terre qu’un tas de cendre que le vent dispersera peu à peu.

FIN

 

(auteure : Amy Madison tous droits réservés)

Publié dans contes pour enfants

Commenter cet article