BUNKER

Publié le par Amy Madison

 

 

J'étais aveugle, maintenant je vois
Une maison grise, plate et fade
Sans porte ni fenêtres
Sans toit pour protéger de la pluie, et du froid
Murs qui les emprisonnent
 
Je vois un ciel orange sans soleil, sans nuages
Étouffant, où la pollution empêche de respirer
Et dans cet abri, construction sans vie
Se terrent les survivants, de la folie des hommes,
Des humains effrayés
Serrés les uns contre les autres.

Les couleurs chaudes sont des leurres
La planète est mourante
Plus de ciel bleu, plus d'arbres, plus de fleurs

Seul reste un bunker
Qui, d’un monde de malheur
Peu à peu, se vide des misères engendrées
Balayant ses absurdités

Destin anorexique de bonheur
Plus de larmes à verser
Des rires désenchantés
Fin de ce monde réprimé qui dénie tout

J’étouffe, mes forces m'abandonnent
La fatigue me submerge et les couleurs s’effacent
Je voyais, maintenant dans un noir trop profond
Je m'éteins à la vie, et dans l’obscurité
Ma cécité revient

Je ne suis plus enfermé dans une maison grise, plate et fade
Sans porte ni fenêtre
Sans toit pour protéger de la pluie et du froid
Sans murs qui m’emprisonnent
 
Je suis aveugle, pourtant je vois
Moi, oublié de la vie
Dans ce noir sans fin
Où dans un vent de folie
Je tente de m’envoler sans ailes

Maintenant je vois
Une maison grise, plate et fade
Sans porte ni fenêtres
Sans toit pour protéger de la pluie, et du froid
Murs qui les emprisonnent

                               (Amy Madison Auteure)

Publié dans Slam

Commenter cet article

Amy Madison 14/04/2017 20:22

Merci , je participes en ce moment à un atelier de Slam. Ceci explique cela. Le thème en est "le travail"

scoobydu41 14/04/2017 15:25

Et moi je vois que tu manies bien les mots