Après l'hiver

Publié le par Amy Madison

Hiver implacable, tu t'accroches
Et la branche ploie et frissonne
Sous la charge vivace de ta froideur
Mais, l'oiseau chante, éclosent les bourgeons
Pas à pas, tendre et rassurant, il s'approche
Et s'effondre en larmes ce cœur glacé
Qui a figé mes rêves dans un cauchemar emprisonnés
La porte s'ouvre, le printemps m'enlace
Vaincu, l'hiver s'enfuit.

 

Publié dans Poésie

Commenter cet article